Enjeux environnementaux

Le LBBE, des recherches à l’interface entre écologie, génomique, environnement et santé

ENJEUX ENVIRONNEMENTAUX | par Estelle Bouillard de La Gazette du Laboratoire | Juin 2022

Le LBBE (Laboratoire de Biométrie et Biologie Evolutive ) organise ses activités de recherche autour de trois thèmes fédérateurs : la Biométrie avec des développements méthodologiques en statistiques et en modélisation tant mathématique qu’informatique, la Biologie Évolutive et la santé. 

C’est dans la synergie entre des problématiques biologiques propres en écologie, en génomique et en santé et des développements méthodologiques que naît la plus grande part des résultats scientifiques de l’unité. Le maintien d’un équilibre entre ces aspects est resté un enjeu fort de la politique du laboratoire. L’approche populationnelle, commune à l’ensemble des équipes en sciences et santé de l’unité, fait sa spécificité et sa cohérence. De plus, la complémentarité des approches et des modèles permet une démarche intégrative combinant modélisation, écologie, génétique des populations, biologie évolutive et biologie moléculaire dans le cadre général des problématiques à l’interface «Ecologie, Génomique, Environnement et Santé».

Rencontre avec Fabrice Vavre, Directeur de recherche au CNRS (Centre National pour la recherche scientifique) : « Je suis directeur du LBBE sous tutelle principale du CNRS, de l’Université Lyon 1 et de VetAgro Sup et également sous tutelle secondaire des HCL (Hospices Civils de Lyon) et de l’Inria (Institut National de recherche en sciences et technologies du numérique).»

Estelle Bouillard, La Gazette du Laboratoire « Pouvez-vous nous présenter plus largement les activités du LBBE ? »

« Majoritairement fondamentales, nos recherches s’ouvrent également vers des préoccupations sociétales comme la gestion et la conservation de la biodiversité ainsi que les problématiques de santé végétale (lutte biologique), animale (éco-épidémiologie) et humaine (santé publique) en interaction directe avec le secteur santé. Aujourd’hui, nous sommes environ 130 chercheurs, enseignants-chercheurs permanents, et 200 si nous comptons les post-doctorats, doctorants etc. Le laboratoire s’appuie sur 3 piliers essentiels :

  • Le développement de méthodes statistiques, mathématiques, bio informatiques pour la modélisation du vivant. Une véritable école de bibliométrie !
  • L’écologie & l’évolution : nous couvrons un spectre assez large sur cette thématique de l’évolution des génomes à l’évolution des populations de grands herbivores africains etc.
  • La santé Humaine : toute une partie du laboratoire est distribuée au sein des HCL pour tous les aspects biostatistiques en santé et pharmacologique. »

Enjeux Environnement & Ecologie - Focus sur le « projet Chevreuil »

Nous sommes au milieu des années 70, l’Office National de la Chasse (ONC) vient d’être créé et organise pour la première fois des captures de chevreuils dans les forêts domaniales de Chizé et de Trois-fontaines. Le « projet chevreuil » naîtra d’une étroite collaboration entre l’ONC et ce qui s’appelait alors le ‘Laboratoire de Biométrie’. Presque 50 ans et près de 18.000 captures plus tard, la valeur patrimoniale et l’intérêt scientifique de ces suivis ininterrompus de populations de grands mammifères n’est plus à démontrer.

 

Parmi les problématiques abordées dans le cadre de ce programme, celle de la pollution environnementale est en cours de développement. Il est maintenant largement reconnu que les animaux sauvages sont exposés à une variété de contaminants qui peuvent provoquer des effets délétères sur la santé. Le suivi longitudinal des populations de Chizé et Trois-Fontaines offre une opportunité unique d’évaluer les conséquences de l’exposition aux métaux lourds sur de nombreux traits d’histoires de vie et paramètres physiologiques, et d’explorer l’évolution de ces relations avec l’âge. Plus de 600 échantillons de poils ont ainsi été analysés, afin d’y doser une large gamme d’éléments traces métalliques incluant des métaux toxiques, tels que le plomb, le cadmium et l’arsenic. 

Opération de capture de chevreuil

Punaise de lit adulte

Fabrice Vavre explique « De nombreux collègues travaillent sur La biodémographie, c’est-à-dire la capacité à suivre l’évolution démographique des populations au cours du temps et d’identifier les facteurs qui vont jouer sur ces évolutions. La spécificité de notre laboratoire est de suivre des populations d’animaux sauvages en situation naturelle depuis de nombreuses années, par exemple les chevreuils mais aussi les marmottes. Nous pouvons suivre l’individu, comme la population globale, et étudier les évolutions dans le temps.

Concrètement, nous avons par exemple pu comprendre comment des décalages de floraisons ont pu aboutir à des catastrophes pour la reproduction des chevreuils. Nous pouvons ainsi mesurer en direct les conséquences des changements climatiques. Notre laboratoire est capable de suivre ces données sur plusieurs années année et ainsi prédire à long terme les effets des changements climatiques et la dynamique des populations. Au départ, cette étude n’était pas faite pour ces enjeux environnementaux, mais la structure du Laboratoire permet de mobiliser l’ensemble des données pour répondre aux problématiques actuelles.

Ce sont des jeux de données énormes qui sont à disposition du Laboratoire. Nous travaillons sur la modélisation de ces données, afin de comprendre les dynamiques et les enjeux majeurs. Ainsi, nous pouvons projeter les conséquences à long terme sur les populations étudiées. Ensuite se pose la question des possibilités d’intervention, et donc de gestion et ou de conservation de ces populations. Nous avons des équipes qui travaillent avec l’OFB (Office français de la Biodiversité) pour prendre en charge ces problématiques. »

Fabrice Vavre conclut ainsi : « Nous aimons bien dire que nous faisons de la biométrie impliquée – nous n’avons peut-être pas une application directe, mais nous participons, via nos recherches fondamentales, à la compréhension de la répercussion directe des changements climatiques et contribuons ainsi à la gestion de questions fondamentales pour le futur ». 

____________________________

Pour en savoir plus :  https://lbbe.univ-lyon1.fr/fr